Il est indéniable que le répulsif présente un risque potentiel en combinant des substances qui nécessitent des dosages précis avec un contact avec notre peau et notre système respiratoire. Il est donc essentiel que vous ne choisissiez que les répulsifs approuvés par l’Agence nationale de surveillance de la santé (ANVISA), ce qui garantit votre sécurité.

Durée de la protection

Un critère optimal de “rupture de lien” entre les modèles est la durée de leur protection. Une durée d’action plus longue du répulsif signifie non seulement une plus grande efficacité, mais aussi une plus grande praticabilité et un meilleur rapport coût-bénéfice. En effet, il faut moins d’applications en une journée, dans le cas des répulsifs corporels, et moins d’échanges de recharges, dans le cas de l’électronique, ce qui permet d’économiser le produit, votre argent et votre temps.

Composition

La composition du répulsif dicte non seulement son efficacité, mais aussi la sécurité de son utilisation. Tout d’abord, l’idéal est qu’il soit basé sur l’un de ces trois principes actifs : le DEET (diéthyltoluamide), l’IR 3535 et l’Icaridine, dans le cas des modèles synthétiques, ou la citronnelle et/ou l’eucalyptus, pour les modèles naturels. La concentration de ces substances est également importante, surtout parmi les substances synthétiques. Pour l’efficacité et, en même temps, la sécurité, il est nécessaire que le DEET se situe entre 6 et 9% (enfants) et 10 et 15% (adultes), l’IR 3535 entre 20% et l’Icaridine entre 20% et 25%.